Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

15/02/2010

bien sous la couette

l'Hiver décidément n'en finit plus, et je rêve de me transformer en marmotte, petit animal intelligent qui ne s'embarasse pas des soucis hivernaux .

 Avec ce que la télé nous dispense, les jeux idiot et ceux olympiques qui le sont moins mais qui ne m'intéressent pas,  ou plus ;marmot.jpg les programmes foireux et le reste à l'avenant - ah j'oubliais les programmes des candidats auxquels on ne croit plus...désabusées dites vous, pas du tout comme la marmotte je préfère me réfugier bien au chaud et faire plein de rêves.

ce soir je regarderai quand même même MARIE ANTOINETTE sur la 5 avant qu'elle ne parte pour la guillotine, j'en rêve aussi de cette guillotine virtuelle qui décapiterait les imbécillités journalières de notre environnement.

 

08/01/2010

neige

Mystère et boule de gomme.JPG
Il a neigé.
Il a neigé dans l'aube rose
Si doucement neigé,
Que le chaton noir croit rêver.
C'est à peine s'il ose
Marcher.
Il a neigé dans l'aube rose
Si doucement neigé,
Que les choses
Semblent avoir changé.
Et le chaton noir n'ose
S'aventurer dans le verger,
Se sentant soudain étranger
A cette blancheur où se posent,
Comme pour le narguer,
Des moineaux effrontés.
Maurice Carême

 

22/12/2009

coucou

SDC10464.JPG
BON WEEK END, BON NOEL
A Bientôt

LE SAUVEUR

EN CETTE FIN D'ANNE j'ai envie de nous remémorer une fable de ce bon M.de Lafontaine qui me semble pour, nous en France, assez d'actualité :

Le Coche et la Mouche

Dans un chemin montant, sablonneux, malaisé,
Et de tous les côtés au Soleil exposé,
Six forts chevaux tiraient un Coche.
Femmes, Moine, vieillards, tout était descendu.
L'attelage suait, soufflait, était rendu.
Une Mouche survient, et des chevaux s'approche ;
Prétend les animer par son bourdonnement ;
Pique l'un, pique l'autre, et pense à tout moment
Qu'elle fait aller la machine,
S'assied sur le timon, sur le nez du Cocher ;
Aussitôt que le char chemine,
Et qu'elle voit les gens marcher,
Elle s'en attribue uniquement la gloire ;
Va, vient, fait l'empressée ; il semble que ce soit
Un Sergent de bataille allant en chaque endroit
Faire avancer ses gens, et hâter la victoire.
La Mouche en ce commun besoin
Se plaint qu'elle agit seule, et qu'elle a tout le soin ;
Qu'aucun n'aide aux chevaux à se tirer d'affaire.
Le Moine disait son Bréviaire ;
Il prenait bien son temps ! Une femme chantait ;
C'était bien de chansons qu'alors il s'agissait !
Dame Mouche s'en va chanter à leurs oreilles,
Et fait cent sottises pareilles.
Après bien du travail le Coche arrive au haut.
Respirons maintenant, dit la Mouche aussitôt :
J'ai tant fait que nos gens sont enfin dans la plaine.
Ca, Messieurs les Chevaux, payez-moi de ma peine.

Ainsi certaines gens, faisant les empressés,
S'introduisent dans les affaires :
Ils font partout les nécessaires,
Et, partout importuns, devraient être chassés.

Intégralité Fables de Jean de La Fontaine 1070486958.JPG