Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

21/09/2011

ALZHEIMER

Je viens  de voir le film interprété par Clémentine Célarié dans le rôle d'une personne atteinte de cette maladie.

Tellement de vérité, même si le sujet est romancé ( très peu) pour évoquer la souffrance de la malade et de sa famille; il faut quelquefois chercher au plus profond de nous même pour comprendre nos comportements, cependant le bonheur est quand même au rendez vous avec les recherches de la science et surtout cette dernière phrase que nous devrions tous méditer : pour être nous-mêmes, avec nos soucis, nos souffrances, nos interrogations : Savoir lâcher prise. 

mais qu'est-ce que le "lâcher prise" ?

Quelle est donc cette « prise » qu’il conviendrait de desserrer ? Cette attitude est-elle compatible avec un positionnement responsable ? Si oui, comment passer du concept à la pratique ? Les enseignements de sagesse traditionnels s’articulent tous autour de cette question. Nous pouvons donc nous tourner vers eux et y chercher des réponses, qu’il nous appartient ensuite de faire nôtres. 

cf impulsion 001.jpgEntretien avec l'écrivain Gilles Farcet.

Commentaires

Bonjour Ginette,
Elle est très belle cette toile...
Lâcher prise, ne rien attendre, accepter son destin, en philosophie cela semble la clé du bonheur; mais pour tous nos acquis sociaux, humains, ou est le lâcher prise?
Ou est la frontière entre lâcher prise et se soumettre?
Bonne journée..

Écrit par : bénis soient les félés | 22/09/2011

Pour moi qui suis confrontée à la maladie par ma Maman, "lâcher prise", ce serait de ne pas essayer d'expliquer pour ne pas les contrarier, il faut savoir que cette maladie est vicieuse car la conscience revient régulièrement et la personne atteinte de la maladie pense que l'on essaie de lui faire passer des vessies pour des lanternes, alors il y a deux solution, soit tu passes un bon bout de temps pour lui expliquer le contraire ou "lacher prise" donc quand tu es confronté à ce genre de situation plusieurs fois par jour, il vaut mieux "lâcher prise" pour ne pas perturber le malade, ce n'est pas facile car l'accompagnant est confronté en permanance à la surveillance pour ne pas avoir de problèmes majeurs. Car il ne faut pas oublier le malade est en pleine forme la plupart du temps, c'est seulement la mémoire qui se détériore, et plus il a été instruit dans sa vie, plus il ne comprend pas ce qui se passe dans sa vie et pense sincèrement que l'on se moque d'elle à lui raconter des anneries.
J'ai vu ma Maman le week end dernier et d'une fois sur l'autre il est malheureusement facile de voir l'évolution de cette satanée maladie, mon Papa avec qui j'ai des contactes téléphoniques réguliers m'en parle car je suis son seul lien extérieur , ils sont enfermés par l'isolement elle ne veut voir personne, c'est un peu normal, elle a peur sans ses points de repères dans sa maison, autrement comme l'autre jour où nous nous sommes tous retrouvés à l'hotel elle ne voulait pas rester dormir et voulait rentrer à sa maison, là en fait tu ne "lâches pas prise" c'est la malade qui "lâche prise".
C'est une maladie ignoble, on pourrait en parler pendant des heures, sans pour autant pouvoir trouver de solution tellement elle est pernitieuse.
Je n'ai pas vu le film,

Bisous Ginette.

Écrit par : soezic | 22/09/2011

Lâcher prise c'est permettre à tout ce qui est présent
à l'instant, d'être là, sans résistance aucune.
C'est accepter la réalité de l'instant présent en état
intérieur de non-résistance.
C'est aller avec le mouvement de la vie, comme dans certains
arts martiaux où l'on utilise la force de l'autre pour
ne pas se laisser déstabiliser.
Cela n'empêche en aucun cas d'entreprendre une action
lorsque cela s'avère nécessaire.
Simplement cette action ne sera pas menée en réaction à
quelque chose ou à quelqu'un et sera dénuée de toute négativité.
A travers le lâcher prise, la paix intérieure émerge du plus
profond de nous même, rayonne à travers nous et c'est tout
notre environnement qui entre en résonance avec cette paix.
..............................................................................................................................

En l'occurence, dans le film, c'est la malade elle-même qui décide de lâcher prise, cette définition peut s'appliquer à chacun d'entre nous, tout en sachant que ce lâ.cher prise n'est pas " laisser aller "

Écrit par : ginette | 22/09/2011

Les commentaires sont fermés.