Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

01/09/2009

COLCHIQUES

medium_fleurs_fond-ecran-colchique_00.jpgNous connaissons tous cette contine mais la colchique c'est bien plus que cela :

Des ombres qui s'allongent

Ds matinées plus fraiches

des pincements au coeur

entre été et automne elles manifestent leur couleur , joie,regret ou deuil

ne les touchez pas, contemplez les simplement, elles sont un rappel des oracles de la vie

Commentaires

Votre contemplation est pleine d'émotions.

Écrit par : planet-taka-yaka | 31/08/2009

Temps de nostalgie en suspend entre premières brumes fraiches et dernière caresse de l'été...bonne semaine...bisouxxxxx...ALAIN.

Écrit par : bordeau alain | 31/08/2009

Colchiques dans les prés fleurissent, fleurissent,
Colchiques dans les prés : c'estla fin de l'été.

Refrain :

La feuille d'automne emportée par le vent
En ronde monotone tombe en tourbillonnant.

Refrain

Châtaignes dans les bois se fendent, se fendent
Châtaignes dans les bois se fendent sous les pas.

Refrain

Nuages dans le ciel s'étirent, s'étirent
Nuages dans le ciel s'étirent comme un aile.

Refrain

Et ce chant dans mon cœur murmure, murmure,
Et ce chant dans mon cœur appelle le bonheur.

Francine Cockenpot.

Francine Cockenpot est née en 1918 et est décédée à Lille, sa ville natale, à l'âge de 82 ans le 18 septembre 2001.

Guide de France en 1933, totemisée Corbeau Unique, elle est très vite remarquée pour ses talents artistiques et d'animatrice et commence à composer dès cette époque. Pendant la guerre elle vit à Lille le « guidisme des caves », puis part comme infirmière en Afrique du Nord.

Elle a écrit, en 50 ans, les paroles et musiques de plus de 800 chansons très largement diffusées dans le scoutisme et les mouvements de jeunes de 1945 à nos jours où, rançon du succès, elles sont souvent considérées comme "folkloriques".

C'est notamment elle qui a écrit (sans doute en 1943, les paroles et la musique de la célébrissime "Colchiques dans les prés", un tube qui, de 1945 aux années 1970, a largement dépassé le milieu scout et les colonies de vacances qui en avaient fait un tube. Cette chanson a été reprise, en 1977, par Francis Cabrel. C'est la qualité de ses poésies, loin de simples rengaines, qui leur a donné une si large audience.

Victime d'un cambrioleur qui l'avait battue et laissée pour morte, elle avait perdu un oeil. Elle a publié, après cette douloureuse épreuve, un témoignage pudique et d'un grand courage, fondé sur l'espérance et le pardon au-delà du désespoir. Outre ses poèmes, elle est l'auteure de plusieurs livres aux éditions du Seuil et chez d'autres éditeurs.

Écrit par : michel, à franquevaux. | 01/09/2009

Trouvé après mon premier message :

http://www.youtube.com/watch?v=hdZb6wO8LrA

Bonne journée.

Écrit par : michel, à franquevaux. | 01/09/2009

Michel , c'est avec émotion que j'ai écouté et regardé ce document avec Jacques Douai dans l'émission de Jacqueline Joubert ( mèred' Antoine De Caune je crois), merci pour la documentation sur l'auteur de cette contine qui a fait le bonheur des scouts,guides , colonies de vacances et autres ,
tu viens ainsi ajouter un grand plus à ma note par tes connaissances poétiques
bonne journée à toi aussi.

Écrit par : ginette | 01/09/2009

Les commentaires sont fermés.