Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

17/02/2008

DEBOUT LES MORTS

5ed5d73f39418696a29d5b800632e37a.jpgpourquoi en ce Dimanche maussade, ce cri de guerre à VERDUN en1915 me revient à l'esprit ? JE SUIS LA DIGNE FILLE DE MON  Père ( poilu de 14 et anarchiste ) aussi je ne puis m'empêcher de recopier ici une note du blog l'anarcho monarchiste :

Je ne suis pas de droite, et ne le serai jamais. Dès lors, pourquoi éprouver un tel respect, une telle admiration, pour De Gaulle ? Parce que celui-ci incarne, aujourd'hui comme hier, bien autre chose que la droite. Charles de Gaulle méprisait les partis politiques, et ne manquait pas d'éprouver de la défiance à l'égard d'une droite qui, certes, le soutenait, mais qui ne l'aimait pas et qui le lui fit d'ailleurs bien sentir en 1969. En juin 1968, déjà, De Gaulle savait que la victoire massive des gaullistes aux élections législatives n'était pas la sienne, bien qu'elle fut remportée en son nom. En 1969, ceux qui avaient quelque intérêt à ce qu'il parte se sont objectivement joints à ses ennemis pour le pousser vers la sortie. Il est vrai que De Gaulle avait un projet innovant, prévoyant l’introduction des salariés et des syndicats dans les conseils de gestion des entreprises : cela était forcément de nature à mobiliser contre lui aussi bien la droite amoureuse de l'argent qu'une gauche qui, à l'évidence, ne se sentait pas vraiment obligée de soutenir un tel projet... Finalement, c'est sur un autre projet - celui de la régionalisation et de la réforme du Sénat - que De Gaulle se vit signifier son renvoi, avec la victoire du "non" au référendum du 27 avril 1969. Constitutionnellement parlant, il n'était pas obligé de partir, mais étant fidèle à ses principes, il a fait ce n'importe-quel homme d'Etat responsable aurait fait sa place (et que Jacques Chirac aura été, évidemment, incapable de faire, bien que les occasions n'aient pas manqué) : il a démissionné. Jusqu'au bout, De Gaulle aura été exemplaire.

IL Y A QUELQUEFOIS DES EXEMPLES A SUIVRE

Commentaires

C'est sûr que des hommes de cette envergure, on n'en trouve pas à tous les coins de rue !
Quand on voit le niveau zéro de la politique en France aujourd'hui, on en vient à regretter le courage de cet homme du passé.
L'avenir, au regard des hommes et femmes politiques qui tiennent le devant de la scène, me paraît compromis, la responsabilité n'étant, à l'évidence, pas la qualité première de ces personnes.

Écrit par : Gerri | 17/02/2008

un petit bonjour en passant,
actuellement en plein demagement
un bissou de margot et isa

Écrit par : DIEGO | 17/02/2008

un petit bonjour en passant,
actuellement en plein demagement
un bissou de margot et isa

Écrit par : DIEGO | 17/02/2008

http://vicomtesdebrageole.midiblogs.com

Tu connais ce blog, Ginette ?

Écrit par : gene | 17/02/2008

bises

Écrit par : pierrot le zygo | 17/02/2008

de Gaulle, Mendès , Rocard, Delors sont pour moi les seuls hommes politiques dignes de respect de ces cinquante dernières années

Écrit par : ulysse | 18/02/2008

J'ai tendance à penser comme Ulysse (donc comme toi, Ginette, je suppose).

Il y en a eu d'autres moins célèbres qui étaient aussi des gens honnêtes.......

Mais en ce moment c'est vraiment la pagaille et il n'y en a pas un pour relever l'autre parmi ceux qui ont du pouvoir. A la base ou en-dessous des gens de pouvoir il y en a des bien mais on les fait taire.

Écrit par : Marie | 18/02/2008

les grands hommes deviennent une denrée extrêmement rare de nos jours...

Écrit par : domi | 18/02/2008

il y a trop de petits pour les étouffer !!!

Écrit par : ginette | 18/02/2008

Les commentaires sont fermés.