Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

24/07/2007

lLES MARCHES

Magie des marchés,ceux du midi ne resssemblent en rien à ceux des campagnes, et encore moins aux marchés africains, indiens ou autres, dans leur diversité ils sont éblouissants et portent en eux -mêmes le meilleur du meilleurs en éveillant en nous des sensations troublantes venues du monde entier

aujmedium_lemarché.jpgourd'hui : le marché africain 100x80 collection personnelleLes marchés africains suintent leurs capiteuses
Fragrances de piment et de poudre amoureuse.
La corne de Zébu voisine avec la peau
De la morue séchée pendant comme oripeaux

Au soleil tape-yeux.

Dans un recoin un Vieux
Répare un balafon aux accords pataquès
Pendant que des enfants avec de pauvres caisses
Se fabriquent des jouets plus beaux que leurs modèles...

Le joaillier cajole un bracelet rebelle
Qui tente d'échapper au lasso filigrane
Alors que sa voisine orne de frangipane
Les tresses d'une femme aux muscles de statue.

Le marché se fait rue.

Un hableur de fortune vante sans se lasser
Tous ses " En-attendant ", ses samaras tressés
Qui sursoient un moment aux chaussures fermées
Et font la joie puérile des touristes vampés.

Ici la maraîchère aux bassines émaillées
Range sur son boubou le manioc et l'igname
Et dans chaque carré énervé se déclament
Des palabres sans fin, marchandages joués
Autour des statuettes, d'ébène ou bien d'ivoire
Ou des bronze coulés
A la cire perdue.

Manioc, cumin pili pili et la chaleur qui fond
Les peaux les unes aux autres,
Brunes, noires ou blanches

Le chauffeur de taxi dans sa voiture épave
Emporte sur son toit les chèvres et les poules
Entassées, ahuries que ce carosse roule
Comme un " S'en fout la mort" dont la poudreuse étrave
Laisse les caquetances sur la mer des risées
Mal avisées.
Là bas, tout dure
Plus qu'il ne doit durer.

Mais c'est surtout l'odeur qui me transporte ici
Une odeur acre et noire qui de sauvagerie
Douçeatre et sébacée se colle à ma peau moite
Maquillée malgré elle de poussière écarlate
Safran métissé latérite...

Commentaires

Des falaises de Bandiagara aux plages de M'Bour,
tes boubous sans dessus dessous black-boulent
et tourneboulent pour nous faire danser
dans un charivari d'arc-en-ciel pétri de générosité.
Encore !
Voui, voui, voui !
Encore !
Et ter ceara ...

Écrit par : Ji-el-Bê | 24/07/2007

Sympa, le commentaire de ji-el-bé (m'y fais pas à ce nom) ! sympa aussi ta note et le tableau, vraiment !

Écrit par : la calmette | 24/07/2007

Allez, rien que pour le plaisir des bons mots, je viens mettre les pieds dans le plat ce matin:

http://cali.over-blog.fr/article-10542081.html

Un p'tit lien interne pour illustrer ton billet avec humour!

Bisous

Écrit par : Cali | 26/07/2007

Un p'tit lien interne pour illustrer avec humour ton billet:

http://cali.over-blog.fr/article-10542081.html

Bisous Ginette

Écrit par : Cali | 26/07/2007

HUTU, HUTU...CHAPEAU POINTU à ne pas mettre entre toutes les mains...

Écrit par : ginette | 26/07/2007

Les commentaires sont fermés.