Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

22/06/2007

LE PANGA

medium_tdm2.jpgSi je me décide à écrire une note aujourd'hui qui n'a rien à voir avec l'art et la peinture en particulier, c'est que je suis écoeurée, vivant à SETE, port de pêche, qui a fait la réputation du bien manger le poisson

Cepoisson, le panga donc, se trouve maintenant à l'étal des poissonniers, dans les cantines,certains restaurants,et envahit de plus en plus le marché

J'avais vu dernirement un reportage sur M6, voici ce que je trouve aujourd'hui à son sujet sur le net :
Le Panga, nouvelle abération de la mondialisation ?

Peut être avez-vous vu ce drôle de poisson sur les étalages des poissonneries : le Panga. Les poissonniers ont souvent du mal à nous expliquer sa provenance et pourquoi son prix est si peu élevé. Un document de M6, nous éclaire sur le sujet.
Panga signifie force en Morée il est produit à l’échelle industrielle sur le Mékong au Vietnam. Ce poisson se reproduisait difficilement en liberté, car les femelles devaient remonter aux sources du fleuve pour frayer. Comme pour les saumons, la course à la vie était dure et les naissances limitées. Mais le grand génie de l’homme réussi à changer tout ça ! Un chercheur s’est en effet aperçu qu’en injectant aux femelles pleines de l’urine de femme enceinte séchée cela permettait de déclencher la mise bas des petits alvins. Les femmes enceintes produisent en effet beaucoup d’hormones qu’elles rejettent dans leur urine, il a suffi donc à ce chercheur de recueillir ces rejets et de les déshydrater pour mettre au point des doses (vendue environ 1€) administrable par injection aux mères Panga. Résultat, les femelles Panga se délestent d’environ 500 000 Alvins par ponte.
L’élevage des poissons se fait ensuite dans de grands parcs sur le Mékong. Leur principale nourriture est une farine importée du Pérou, elle est élaborée à partir de cadavre de poissons mélangés à du Manioc, du Soja (OGM ?) et à diverses céréales. Une nourriture bien différente de celle que l'animal absorbe à l'état sauvage, qui vient de l’autre côté de la terre en avion et qui n’offre aucune traçabilité sérieuse. Une fois le gavage terminé, les fermiers n’ont plus qu’à relever leurs filets pour récupérer les fruits de leur élevage. Le poisson sera ensuite découpé en filet par des ouvriers chinois payés à la pièce puis envoyé congelé par avion vers l'Europe. Sachez donc que ce poisson vendu à prix discount est le produit de la mondialisation et de la transgression des lois naturelles, qu’on ne maîtrise pas vraiment leur alimentation et que sa commercialisation à grande échelle est très gourmande en pétrole donc en émission de CO2.





............

Commentaires

j'avais vu ça à la tv
ecoeurant !!!!

Écrit par : pierrot le zygo | 22/06/2007

Dans le même ordre d'idée, mais en Tanzanie cette fois avec la Perche du Nil.
Tout aussi édifiant.
Ce documentaire d'Hubert Sauper intitulé le "Cauchemar de Darwin" est à voir absolument.
On le trouve en DVD.
Pour ne pas avoir un jour de bonnes raisons de se dire qu'"on ne savait pas" !

http://www.afrik.com/article8183.html

http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=18376891&cfilm=58435.html

Écrit par : Ji-el-Bê | 22/06/2007

Merci pour cette note Ginette très édifiante sur les dérives du commerce mondial qui conduit à la multiplication des pratiques douteuses. Il faut boycoter ce genre de produits, comme il faut boycoter les produits chinois produits à bas coût par des salariés (souvent des enfants) exploités. Il faut être conscient que quand on achète des produits à bas prix venant de ces pays là on détruit des emplois chez nous. Il ne sert à rein de critiquer la mondialisation si l'on contribue par ces achats à soutenir les perversions du système.

Écrit par : ulysse | 22/06/2007

Mais à quoi jouent-ils ???

Nous avons déjà eu la vache folle et cela n'a donc pas servi de leçon !!!

Jouer aux apprentis sorciers comme cela me révolte et je suis entièrement d'accord avec Ulysse. On peut agir en choisissant ce que l'on veut mettre dans son assiette ou dans sa maison. Certes, il faut vouloir (et pouvoir) y mettre le prix mais savoir que par ses achats, on fait vivre le cultivateur, l'éleveur, le menuisier du coin est très gratifiant.

C'est un choix de vie qui implique parfois des sacrifices mais je pense que cela vaut la peine, ne serait-ce que pour avoir le bonheur de voir ses enfants en bonne santé.

Écrit par : Gerri | 22/06/2007

Ginette, ce poisson si tu ne peux le manger, car issu de la gloutonne mondialisation, tu peux au moins le peindre car lui n'y est pour rien.
quelques monotypes à sa gloire de pauvre poisson exploité pour nos ventres affamés.

jette un oeil sur le blog de l'atelier, ENCONQUE de son nom s'il vous plait!!!

Écrit par : véronique | 23/06/2007

ero, j'ai jeté un oeil et même les deux...à part ça, ça va ?
A jeudi

Écrit par : ginette | 24/06/2007

..j'adore les poissons et je peux t'affirmer que LE CAUCHEMARD DE DARWIN est un film qui a été reconnu comme "bidonné",pas par moi,mais par des experts de l'Afrique - reportage Arte 2006.Intox.

Écrit par : michel REYES | 28/06/2007

Les commentaires sont fermés.