Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

20/05/2007

ATTENTION ECOLES.

medium_ECOLE.2.JPG

Un jour prochain, l'école populaire sera vraiment libérée parce que des techniques de vie, d'effort joyeux et de travail efficient auront remplacé triomphalement des méthodes scolastiques qui n'ont plus guère pour elles que l'imposante tradition, accompagnée et soutenue par une foule d'intérêts matériels que nous ne devons pas sous-estimer mais que nous devons moins craindre encore de dénoncer et de combattre.

Célestin FREINET

Commentaires

malheureusement l'enthousiasme et le talent d'éducateurs ne se décrètent pas et pour un professeur qui va bouleverser notre existence en nous faisant découvrir le bonheur de la connaissance et de l'ouverture au monde un autre va nous casser avec une approche de l'enseignement "mesquine" ou "concentratronnaire"

Écrit par : ulysse | 20/05/2007

Je pense, car je l'ai constaté, qu'à mon grand regret, des personnes qui n'ont plus la vocation se dirigent vers des métiers qui exigent d'en avoir. L'enseignement en fait partie mais cela touche également la médecine, la politique, la fonction publique.
Pourquoi ? Je pense que c'est dû à la conjoncture économique car, curieusement, ce sont des métiers où il y a encore des places à prendre mais aussi car ils permettent d'avoir un certain confort de vie et un niveau de revenus confortable. Mais cela fait de mauvais enseignants, médecins... car ceux qui occupent ces postes n'aiment pas vraiment ce qu'ils font.

Écrit par : Gerri | 20/05/2007

Merci Ginette pour ton commentaire sur mon blog. J'avoue que je suis ému d'avoir de tels compliments de ta part. Tu es pour moi quelqu'un qui a le coeur aussi grand que le talent.

Écrit par : ulysse | 20/05/2007

Il est vrai que ces métiers qui touchent l'humain très directement devraient être le fait de personnes passionnées et engagées dans leur travail.
Au début du siecle dernier et même un peu avant, les enseignants, issus pour la plupart de la classe ouvriere étaient de vrais pionniers absolument dévoués à la cause de la lutte contre l'obscurantisme quitte à avoir dans les campagne plusieurs n iveaux dans une même classe.
Les choses ont évoluées pas dans le bon sens comme d'ailleurs l'ensemble des populations.
oui, nous avons laissé de côté les vrais valeur parce que dépassés par un environnement de plus en plus féroce, l'argent et la société de consommation, peu à peu se sont formées des ...castes , celle des nantis et les autres qui aussi se sont accrochés à cette societé rutilante qu'on nous a fait miroiter durant les 30 glorieuses.
l'esprit de compétition s'est développé laissant les plus faibles à la porte.
Célestin Freinet l'avait bien compris et il a eu lui aussi beaucoup de détracteurs
Aujourd'hui les classes sont surchargées d'enfants très disparates c'est d'ailleurs pourquoi nous recherchons pour nos enfants celles qui ont les meilleurs résultats, quitte à créer d'autres écoles ( libres) ...
Il n'est pas question pour moi d'aborder le combat politicien, je pense que tout se rejoint et qu'il faut considérer les choses dans leur globalité.
Donner des chances, c'est aussi avoir l'esprit du devoir même si ce terme est un peu dépassé de nos jours
Faire d'un métier qui touche à l'humain une source de revenus personnel ne devrait pas être permis et nous sommes en plein dedans

Écrit par : ginette | 20/05/2007

Si cela peut vous apporter un peu de réconfort, je pense que mon mari et moi élevons nos enfants en essayant, autant que possible, de leur inculquer d'autres valeurs que celles de l'argent et du pouvoir mais l'honnêteté, l'humanisme, le respect et la droiture. Parfois, nous nous sentons un peu en décalage avec la société dans laquelle nous vivons mais, au fond de nous, nous savons que nous avons raison.
De même que disparaît le sens du devoir, il me semble que s'éteint aussi le sens des responsabilités : au niveau familial où les parents veulent être les copains de leurs enfants plutôt que les éduquer, au niveau politique où tout le monde veut le pouvoir mais personne ne veut en assumer la responsabilité. Même désavoués par des référendums, ils restent là, s'accrochant comme des mollusques à leur place.

Écrit par : Gerri | 20/05/2007

chère Gerri, c'est bien là que se situe le combat, nous ne serons jamais assez pour le dire.
Des familles comme vous et vos enfants il y en encore, heureusement, certainement issues d'un milieu où existe la réflexion et l'engagement.
ce que nous avons fait pour l'éducation de nos enfants, nous nous devons de le continuer, c'est notre responsabilité.

Écrit par : ginette | 20/05/2007

Les commentaires sont fermés.